Madame la Maire, mes chers collègues, les deux prolongements de la ligne 14 du métro au nord et au sud sont essentiels pour répondre aux besoins en déplacement au sein de la Métropole, chacun ici en convient.

En tant qu’élus, il nous revient de tout mettre en œuvre pour qu’aucun retard n’affecte ces projets qui ne sont plus majeurs mais critiques. C’est le sens du soutien que je souhaite apporter à l’adoption de cette délibération et aux élus du 13e arrondissement qui la défendent au-delà de tout clivage partisan.

Cela me donne également l’occasion d’attirer l’attention de notre assemblée sur le risque de retard concernant le chantier Nord. En effet, des rumeurs bruissent déjà sur un possible nouveau report après celui de deux années que nous avons déjà subi dans la douleur.

Connaissant le mode de communication de la R.A.T.P., je suis plus qu’inquiet quand j’entends ses représentants m’assurer que la mise en service est toujours prévue pour décembre 2019, mais que pour bien s’en assurer, ils sont en train de tout recalculer. Je traduis de ces discours cauteleux que la désastreuse nouvelle est déjà quasiment acquise.

Les aléas du chantier sont toujours possibles, particulièrement sur de très grandes opérations, comme celle dont nous faisons état ce matin. Cependant, nous sommes nombreux à être convaincus que le ver était dans le fruit dès le départ, et qu’il y a eu un double mensonge : celui de la R.A.T.P. qui avait menti sur la date de livraison, mais aussi des élus qui avaient exigé des délais intenables. Autrefois, il y a une dizaine d’années, le mensonge portait sur les coûts, systématiquement sous-estimés. Depuis, le nécessaire a été fait pour parvenir à des évaluations de coûts réalistes, que ce soit à travers des standards mieux maîtrisés ou des montages intégrés qui font peser la totalité du risque sur le preneur du marché.

Aussi, dans le même ordre d’idée, nous devons tirer les conséquences des retards de la ligne 14 pour les grands projets à venir, que ce soit en termes de montages juridiques ou de clauses économiques de type « bonus-malus », afin de parvenir à un dispositif aussi incitatif que réaliste, tant en matière de coûts que de délais. Je vous remercie.

CELA PEUT AUSSI VOUS INTERESSER :